vendredi 4 avril 2008

Presse ocean: Julien Gracq lègue ses manuscrits à la Bibliothèque nationale de Franc

Julien Gracq lègue ses manuscrits à la Bibliothèque nationale de France

L'écrivain Julien Gracq, décédé le 22 décembre à 97 ans, a légué l'ensemble de ses manuscrits à la Bibliothèque nationale de France. Il a également souhaité que sa propriété de Saint-Florent-le-Vieil devienne une résidence pour jeunes écrivains.
« Julien Gracq, dont la critique avait souligné l'éloignement par rapport aux publications contemporaines, a marqué en premier son intérêt pour les oeuvres à venir en léguant sa propriété de Saint-Florent-le-Vieil à une Résidence pour jeunes écrivains », ont écrit Bernhild Boie, l'exécuteur testamentaire, et Bertrand Fillaudeau des éditions José Corti dans un communiqué commun.

Nombreux manuscrits

L'ensemble des manuscrits de l'écrivain fait, par ailleurs, l'objet d'un don à la Bibliothèque nationale de France (BNF), le « droit de divulgation » étant confié à l'exécuteur testamentaire. Selon la BNF, le fonds comprend « les manuscrits de ses ouvrages publiés ainsi que les manuscrits inédits ou partiellement inédits en sa possession au moment de sa mort ».

La quasi-totalité des manuscrits autographes de ses grands romans y figurent « sous forme de dossier de travail et de mises au net corrigées ». Notamment Un beau ténébreux, la Littérature à l'estomac, le Rivage des Syrtes et un Balcon en forêt. Les très nombreuses pages de Notules de ses cahiers font également partie du legs.

Mythe littéraire

Julien Gracq a, par ailleurs, légué sa bibliothèque à la Bibliothèque municipale de Saint-Florent-le-Vieil et sa résidence parisienne à la Croix-Rouge française. Enfin, les traductions et travaux consacrés à l'auteur sont confiés à la Bibliothèque municipale d'Angers.

Les éditions José Corti demeurent éditrices de l'oeuvre de Julien Gracq. Une oeuvre nourrie de romantisme allemand, de fantastique et de surréalisme. Ce qui a fait de lui un mythe littéraire. En 1951, Julien Gracq avait d'ailleurs refusé le prix Goncourt pour le Rivage des Syrtes.

1 commentaire:

tacheau a dit…

Rectificatif : c'est à la BU et non à la BM d'Angers que les traductions et travaux sur Gracq ont été donnés. Le testament prévoit également un dépôt avec consultation possible de la reproduction (microfilms ou numérisation ?) à la BNF et à la BU d'Angers.